01 / 01

ACTUALITÉS

REGEnLIFE mise sur l’axe cerveau-intestin pour traiter la maladie d’Alzheimer et remporte un trophée au concours des Inn’Ovations

par REGEnLIFE
Fév , 14
REGEnLIFE mise sur l’axe cerveau-intestin pour traiter la maladie d’Alzheimer et remporte un trophée au concours des Inn’Ovations

REGEnLIFE a obtenu un trophée au Concours des Inn’Ovations dans la catégorie « Produit du futur de l’année ». Ce prix régional a été remis à l’entreprise lors de la clôture de l’événement Occitanie Innov qui s’est tenu à Labège le 31 janvier 2019.

 

REGEnLIFE a pour mission de développer des technologies innovantes et responsables répondant à des enjeux de santé publique. Son objectif est d’amener sur le marché un traitement capable de modifier la progression des pathologies neurodégénératives telles que la maladie d’Alzheimer. Actuellement, une équipe interdisciplinaire de dix personnes travaille avec différents partenaires recouvrant un ensemble de domaines tels que la médecine, les sciences physiques et l’ingénierie.

Un véritable fléau

La maladie d’Alzheimer a une progression épidémiologique galopante. Les malades ne bénéficient d’aucun traitement curatif. De plus, peu de traitements entrent en phase d’études cliniques et conduisent trop souvent à des échecs thérapeutiques.

Une stratégie thérapeutique « au-delà du cerveau »

L’entreprise est partie de l’hypothèse que l’axe cerveau-intestins est impliqué dans le développement de la maladie d’Alzheimer ou du vieillissement cérébral ; et que certaines formes d’émissions électromagnétiques pourraient permettre de prévenir voire de traiter de manière non-invasive  cette maladie. L’innovation a été testée à travers des expérimentations précliniques aux résultats probants et prometteurs.

Une visibilité à l’internationale

REGEnLIFE a participé en octobre 2018 à la conférence internationale Clinical Trials in Alzheimer’s Disease (‘Etudes cliniques pour la maladie d’Alzheimer’) à Barcelone. Des équipes cliniques du monde entier se sont réunies pour échanger leurs derniers résultats dans l’objectif d’identifier les stratégies thérapeutiques de demain. REGEnLIFE a ainsi saisi l’opportunité de présenter en avant-première ses derniers travaux scientifiques menés avec les sociétés Amylgen (Montpellier) et Vaiomer (Toulouse). Ces résultats, portaient sur l’impact thérapeutique de cette technologie médicale sur le microbiote intestinal. Au regard de ces résultats et de l’importance, maintenant démontré, du rôle du microbiote intestinal dans de nombreux troubles neurologiques, celui-ci pourrait désormais être considéré comme une nouvelle cible thérapeutique pour le traitement de la maladie d’Alzheimer. De plus, la combinaison de multiples cibles apparaît actuellement comme une réelle stratégie thérapeutique des troubles aussi complexes que les atteintes neurodégénératives. REGEnLIFE a également présenté de nouveaux travaux scientifiques au congrès BiOS/SPIE.Photonic West à San Francisco début février 2019.

Une étude pilote au CHU de Montpellier

Aujourd’hui, un groupe de patients bénéficie du dispositif médical mis au point par REGEnLIFE au sein du CHU de Montpellier dans le cadre d’un premier essai clinique dont l’investigatrice principale est le Dr Audrey Gabelle. De nouveaux patients sont actuellement en recrutement

Depuis le début de cette aventure, REGEnLIFE, dirigée par Guillaume Blivet, est incubée au BIC Montpellier, accompagnée par l’agence AD’OCC et soutenue par la BPI et la région Occitanie. Une opération de financement est en cours pour permettre à la société de poursuivre ses travaux de R&D de manière ambitieuse. Etant donné que les démences de type Alzheimer représentent plus de 45 millions de cas dans le monde, et que, face à cet enjeu sociétal majeur, la réussite de REGEnLIFE pourrait avoir des retombées importantes en termes d’activités.

Postez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *